La pergola bioclimatique est une installation dans son jardin qui permet de jouir du climat d’un lieu tout en étant paré aux intempéries. Ainsi, une pergola bioclimatique effectuera un captage solaire pendant l’hiver et une ventilation pendant l’été. Il en existe de différentes catégories, ayant une apparence et un fonctionnement communs. Par ailleurs, elles sont disponibles suivant différents matériaux. Découvrez ici tout sur les pergolas bioclimatiques.

Apparence, structure et fonctionnement

Les pergolas bioclimatiques se distinguent facilement des autres de par leur apparence et leur structure. Il en est de même avec leur fonctionnement atypique.

Apparence et structure des pergolas bioclimatiques

Les pergolas bioclimatiques possèdent un toit disposé de façon horizontale. Ils possèdent également des montants verticaux qui leur servent de pieds. De forme cubique, la particularité d’une pergola bioclimatique est l’ensemble des lames orientables qu’elles possèdent pour toiture. Ces dernières peuvent adopter différentes positions lors du fonctionnement de la pergola. Ainsi, le toit peut être totalement plat au besoin ou oblique quand il le faudra.

Fonctionnement d’une pergola bioclimatique

Le toit de cet abri est conçu pour s’adapter au climat dans lequel il se retrouve. En effet, ce sont ces larmes orientables qui font office de toit qui permet cette adaptation. Vous pouvez orienter les lames de façon manuelle ou soit vous servir d’une commande conçue à cet effet. Quand les lames sont en position ouverte, elles laisseront circuler l’air sous l’abri. Vous pouvez décider de les incliner afin de vous en servir comme brise-soleil. Il est également possible de les avoir en position fermée. Dans cette dernière, vous aurez une terrasse hermétique, qui vous protègera des rayons UV lorsque le soleil sera au zénith ou de la pluie par un mauvais temps.

Les catégories de pergolas bioclimatiques

On distingue actuellement trois catégories de pergolas bioclimatiques. Chacune d’elle possède une particularité. Bien que le fonctionnement général demeure le même, l’utilisation d’une catégorie donnée tiendra compte du système de fixation.

Les adossées

Les pergolas bioclimatiques dites adossées, utilisent des poteaux comme support sur un côté. Quant au second côté, la pergola s’adosse, d’où son nom d’ailleurs, sur une partie d’un bâtiment. Cette configuration permet de faire des économies. En effet, il faudra moins de matériaux pour effectuer la fixation et par conséquent débloquer moins de fonds pour la réalisation. La pergola bioclimatique adossée est parfaite dans la couverture d’une terrasse qui est un prolongement d’une maison.

Les auto portées

Les auto portées sont des pergolas totalement indépendantes. Ces dernières, contrairement aux adossées, ne se reposent pas sur la face d’un bâtiment. Ceci étant, une pergola auto portée est maintenue de tous les côtés par des poteaux. Bien évidemment, elle revient plus chère qu’une pergola adossée. Toutefois, elle est celle qui convient lorsqu’on a besoin d’un abri dans son jardin.

Les ayant un seul pied

Comme leur nom l’indique, il s’agit de pergolas bioclimatiques n’ayant qu’un seul pied. Ces dernières sont complétées par des haubans pour la plupart ou soit associés à des systèmes de cordages ou de câblages. Leur facilité de montage et démontage est la principale raison de leur utilisation sure du court terme. Pour une utilisation sure du long terme, les précédentes catégories sont celles qui conviennent.

Les matériaux pour les pergolas bioclimatiques

Les pergolas bioclimatiques sont actuellement fabriquées à base de trois matériaux à savoir : le bois, l’acier et l’aluminium.

  • La pergola en bois possède l’avantage de se marier parfaitement avec un décor qui fait ressortir le cadre naturel. Cependant, l’entretien particulier que requiert ce matériau est son point sombre ;
  • La pergola bioclimatique en acier, quant à elle, s’avère être plus rentable que celle en bois. Mais comme pour celle en bois, elle nécessite un entretien convenable ;
  • La pergola en aluminium est celle dont l’entretien se fait le plus facilement. Le principal inconvénient est son oxydation avec le temps.