Pour un bon entretien de votre jardin, il est nécessaire que ce dernier jouisse d’une irrigation de qualité. Vous devez avoir, de ce fait, une pompe d’arrosage efficace et surtout adaptée pour l’aspersion de votre espace vert. Mais comment faut-il faire le choix de son matériel d’arrosage pour jardin ? Vous aurez la réponse après lecture de cet article.

Choisissez la bonne hauteur manométrique totale

En général, au moment de faire le choix d’une pompe d’arrosage, trois critères sont à respecter :

  • la section du tuyau
  • la distance entre l’arrivée et la sortie d’eau
  • la pression nécessaire à la sortie du tuyau

En réalité, pour simplifier le mouvement de l’eau à l’intérieur du tuyau, il est impérieux d’avoir une bonne pression.

Il vous faut, pour cela, avoir connaissance de ce que c’est que la hauteur manométrique totale (HMT) et savoir comment calculer cette dernière.

La hauteur manométrique totale est la pression qu’une pompe doit fournir afin de bien irriguer le système de distribution d’eau. La HMT est égale à la sommation des critères ci-après :

  • hauteur manométrique d’aspiration : elle correspond à la différence qui se trouve entre la pompe et le niveau de l’eau à l’intérieur de la source de forage. Dans le cas où cette différence va au-delà de 8 m, une pompe immergée doit obligatoirement être utilisée.
  • hauteur manométrique de refoulement : elle dépend du genre de pompe. Au niveau des pompes de surface, on mesure la différence de niveau entre le plus haut point d’eau de l’installation et le niveau de la pompe. Quand il s’agit de pompes immergées, on fait le calcul entre le plus haut point d’eau de l’installation et le niveau de l’eau. Plus la hauteur d’aspiration ou de refoulement est conséquente, plus il y a baisse du débit en sortie.
  • pertes de charge : elles sont liées à la longueur des tuyaux, au diamètre ainsi qu’au débit utile.
  • pression résiduelle : il s’agit de la pression requise pour le fonctionnement des différentes installations d’une maison (WC, douches, etc).

Où que vous viviez en France, vous n’aurez pas du mal à trouver un fournisseur d’équipement industriel, puisqu’il y en a plusieurs.

Choisissez la bonne section

La section correspond au diamètre du tuyau au travers duquel l’eau passe. Pour qu’il y ait une optimisation maximale du système, il est nécessaire des fois, de faire fluctuer les sections de tuyau sur toute la longueur du parcours de l’eau, en donnant le plus de fluidité possible à ce parcours.

Il est important de noter que plus il va y avoir un petit diamètre du tuyau, plus l’eau ralentira. La pression en sortie va donc être affaiblie.

Dans le cas où vous avez un forage ou un puits d’une profondeur de moins de 10 mètres, vous pouvez jeter votre dévolu sur une section de canalisation mesurant 32 mm de diamètre.

Si le forage a un peu plus de profondeur, vous pourrez porter votre choix sur une section de canalisation ayant un diamètre qui mesure entre 40 et 50 mm pour la remontée et pour la partie extérieure, des sections mesurant entre 32 et 40 mm.

En réalité, il s’agit de trouver un juste milieu afin que la pompe ne soit pas surdimensionnée. En même temps, il est nécessaire d’avoir une pression suffisante pour un débit en sortie correct. L’idée est de ne pas se retrouver dans le besoin de s’en servir de façon outrée au moment de remonter l’eau. Le tout dépend des calculs que vous aurez faits selon les critères présentés.