Avoir un potager dans son jardin vous permet d’économiser de l’argent, d’obtenir des légumes et fruits de saison, d’élargir vos connaissances en plantation et surtout d’oublier le stress de la vie quotidienne. Voici des conseils pratiques qui vous aideront à bien réussir votre potager.

1. L’emplacement

Un bon emplacement du potager assure sa réussite. Alors, placez votre potager dans un lieu où il n’y a pas de rétention d’eau. Vous pouvez, par exemple, aménager une terrasse, un balcon et même, l’intérieur de votre maison, pour créer un magnifique potager dans ces lieux. Un potager qui se trouve près de votre maison est aussi pratique pour la cueillette. En outre, l’emplacement doit être bien adapté et bien structuré, ensoleillé et protégé contre les vents dominants.

Un emplacement bien adapté

Une surface de 50 m² vous suffit pour faire votre propre potager que vous soyez amateur ou débutant. Variez les végétaux afin de le rendre original et plaisant à voir. Par contre, vous pouvez choisir des surfaces plus de 150 m² si vous êtes plus expérimenté.

Un emplacement structuré

Structurez bien votre potager afin de faciliter son entretien, ainsi que la plantation. Optez alors pour un potager en carré, car celui-ci facilitera la séparation des diverses espèces.
Une allée principale est idéale pour votre déplacement si vous utilisez une brouette. Vous pouvez aussi prévoir des petites pistes pour votre circulation sur les différents secteurs de votre potager.

Un emplacement ensoleillé

Pour se développer et mûrir correctement, les légumes et fruits ont besoin de la lumière et la chaleur du soleil. Ces éléments assurent leur croissance, leur qualité ainsi que leur quantité. Pour ce faire, orientez votre potager vers l’Ouest ou vers le Sud et assurez-vous que vos plantes soient exposées au soleil plus de 6 heures chaque jour.
En outre, ne placez pas votre potager auprès des arbres ombreux, car non seulement ceux-ci ne le permettent pas de s’exposer au soleil, mais aussi leurs racines vont rivaliser avec celles des fruits et légumes. Le bon emplacement des arbres doit être sur le bord de votre potager, plus précisément dans le Nord.

Un emplacement contre les vents dominants

Installez une haie pour assurer la protection de votre potager contre les vents dominants. Vous pouvez constituer la haie avec des romarins, des groseilliers, des lauriers, des canisses, etc.

2. Le sol

Le sol joue un grand rôle dans la culture, car c’est l’endroit où les plantes vont pousser. Il faut bien le préparer afin d’obtenir des meilleures récoltes.
Vous devez connaître la nature de votre sol avant tout. Pour cela, réalisez les tests suivants :
– Test du boudin : pour connaître la texture de votre sol
– Test de pH : pour connaître l’acidité de votre sol
– Test par les plantes bio-indicatrices : pour savoir quels types de plantes conviennent à votre sol.

Ensuite, améliorez par de l’amendement la qualité et la structure de votre sol si celui-ci est en état de carence. Par contre, améliorez-le par des engrais afin de lui apporter les éléments minéraux dont il a besoin.

Après cela, vous devez préparer votre sol. Pour ce faire, enlevez les racines, les pierres, etc. Vous devez aussi faire un effort pour aérer votre sol. Veillez à ce que celui-ci soit plus meuble. L’ameublissement du sol doit être effectué à la fin de l’hiver au plus tard.
Les engins motorisés sont très efficaces dans les travaux de préparation du sol. Mais vous pouvez utiliser de la fourche-bêche et de la grelinette si le sol est plus compacté. Un croc et un râteau sont nécessaires pour l’affinement et l’homogénéité du sol.

3. Le choix des plantations

Si vous êtes débutant, optez pour les légumes classiques, car leur culture est très facile. Vous pouvez par exemple cultiver des laitues, des radis, des tomates, des courgettes, etc.
L’important, c’est d’ajouter à votre potager un aspect esthétique. Vous pouvez donc diversifier les plantes. Alors, cultivez des légumes-racines, des légumes-feuilles, des légumes-graines, des divers plantes aromatiques, etc.
Une autre façon de réussir son potager, c’est d’opter pour l’association des plantes, ou le compagnonnage. Cela entraîne des interactions entre les autres végétaux et les plantes potagères. C’est-à-dire que leur croissance est interdépendante et qu’ils peuvent en même temps se protéger contre les maladies. Cette méthode est vraiment efficace pour la réussite de son potager, car elle permet d’obtenir une importante productivité.

4. La plantation

Ce sont les plantes germées atteignant le niveau de développement requis qui doivent être plantées.
En effet, la plantation consiste à faire du repiquage et de la transplantation.
Alors, utilisez un plantoir pour planter les plants avec des racines nues. Vous devez choisir des plants trapus et ayant une bonne forme si vous optez pour les plants issus de semis.

5. L’entretien du potager

L’entretien du potager consiste à bien l’arroser, à éliminer les mauvaises herbes et à le protéger contre les ravageurs de culture et les maladies.

Bon arrosage

L’arrosage du potager doit se faire soit en matinée soit en soirée. Pour l’été, il est conseillé de faire l’arrosage en soirée.
Pour les techniques d’arrosage, vous pouvez choisir entre l’utilisation de l’arrosoir traditionnel et les systèmes d’arrosage automatique.

Élimination des mauvaises herbes

Il existe trois techniques pour lutter contre ces herbes, à savoir : la technique manuelle, la technique chimique et la technique thermique.
Avec la technique manuelle, utilisez du sarcloir et de la binette. Cette technique est très efficace, car vous pouvez éliminer toutes les mauvaises herbes.
Par contre, avec la technique chimique, vous utilisez des produits chimiques pour les éliminer.
Enfin, avec la technique thermique, vous n’avez pas besoin de faire un effort physique et d’utiliser des produits chimiques.

Protection contre les ravageurs de culture et les maladies

Pour protéger votre potager des ravageurs, utilisez des pièges attractifs et des barrières mécaniques. Vous pouvez également utiliser des insecticides.
Et pour lutter contre les maladies, utilisez du purin d’ortie. Gardez toujours l’espacement des plants.