Élaguer un arbre est un acte de précaution, surtout pendant la période cyclonique. Cependant, il doit être réalisé en toute sécurité. Voici des informations essentielles concernant le sujet.

L’élagage d’un arbre, c’est quoi au juste ?

Il consiste à couper une ou plusieurs branches d’un arbre. Dans ce cas, l’élagage peut être soit « sylvicole » soit « fruitier » ou « ornemental ».

L’élagage sylvicole : c’’est une méthode servant à remonter la couronne des arbres. Ce sont souvent des arbres forestiers destinés à des usages spécifiques (bois d’œuvre). De plus, ce type d’élagage est nécessaire pour réduire la formation des nœuds. D’une part, l’élagage peut être réalisé naturellement (sans intervention humaine) par la chute des branches mortes. D’ autre part, il peut être effectué en coupant directement les branches.

L’élagage fruitier : est dédié aux arbres fruitiers. Cette méthode est recommandée pour favoriser et optimiser la production des fruits.

L’élagage ornemental : cette technique est utilisée pour des raisons sécuritaires. Les arbres plantés ou installés dans les habitations, près des lignes électriques ou au bord de la route sont les plus concernés.

3 étapes pour bien réussir l’élagage d’un arbre

L’élagage d’un arbre se fait principalement en 3 étapes bien distinctes :

Étape 1 : ébrancher l’arbre

Dans cette étape initiale, deux options sont possibles afin d’ébrancher un arbre :

La première consiste à scier une branche à l’aide d’une « scie à élaguer » ou d’une tronçonneuse. Pour réaliser le travail, l’utilisation d’une échelle est recommandée . L’avantage de cette technique réside dans son efficacité. En effet, la méthode de la double entaille permet de scier une grande branche et d’avoir une coupe ajustée. Mais pour avoir ce résultat, il est nécessaire de faire une première coupe (entaille) à 20 cm de la branche porteuse pour libérer l’énergie de compression. Par la suite, effectuez une seconde coupe plus éloignée de la première pour libérer la tension des fibres.

La deuxième option consiste à tailler l’arbre sans aucune menace. D’abord, enlevez les branches mortes et celles qui sont mal orientées. Ensuite, coupez les gourmands ainsi que les drageons. Veillez à réduire la taille de la couronne pour mieux l’aérer.

Étape 2 : soigner l’arbre déjà élagué

Cette phase consiste à mettre un mastic de goudron et de résines (ou de cires) sur les parties taillées. Cela favorise l’accroissement des micro-organismes. Pour y parvenir, il est important d’augmenter la chaleur et l’humidité. Pour éviter la maladie du plomb des fruitiers, il est recommandé d’appliquer un cicatrisant sur la partie où il existe une grosse plaie de 2 cm de diamètre.

Cette étape est consacrée à la protection de l’arbre contre toutes affections inattendues. Elle doit être effectuée par un professionnel. En effet, un élagueur compétent possède un matériel plus élaboré et adapté. . L’Entreprise GARRIC ELAGAGE PERE ET FILS, située à Antibes, est spécialisée dans les travaux d’abatage et d’élagage d’arbres.

Étape 3 : contrôle et surveillance de l’arbre

En cas d’intempérie (vent fort ou cyclone), des branches peuvent tomber, provoquant des dommages importants. Il est donc essentiel d’effectuer un contrôle pour réaliser un élagage régulier. La période hivernale est idéale, car les branches ne résistent pas aux vents forts . C’est le cas du saule et du frêne.

L’élagage d’un arbre doit se faire une fois tous les 4 ou 5 ans. Cette règle s’applique aux arbres qui ont moins de 20 ans. Concernant ceux qui sont plus âgés, un élagage doit être effectué tous les 10 ans.